Les relations amoureuses ont changées car les temps changent. Les couples d’aujourd’hui ne parviennent pas à faire évoluer leur lien conjugal, ou plutôt, ont du mal à le créer. Quelle place est donnée à la fidélité, à la sexualité et aux enfants ? Chaque étape de la vie commune semble être une épreuve compliquée.

L’image du couple parfait

Il y a une idéalisation du couple (bien plus qu’il y a 30 ans !) considérable.
Le fantasme du couple parfait est glorifié par les sites de rencontre, les films américains, la presse féminine, etc.
Les gens sont désespérés de ne pouvoir être à la hauteur de cet impossible.

Aujourd’hui, nous devons assumer nos choix amoureux

Avant, la vie des individus occidentaux était définie par leur destin.Tout était tracé par des prescriptions liées au sexe, au statut, à la religion, etc.
Les codes étaient établis afin qu’on ne se pose pas de questions. Leur seule liberté résidait dans l’élégance avec laquelle ils jouaient leur rôle.
Il n’y avait pas de place pour l’intériorité, les désirs, les sentiments. Maintenant, il s’agit d’assumer l’entière responsabilité de sa vie et de ses liens, librement choisis et inventés.

Le couple ne se définit plus par la complétude de deux individus, mais par la symétrie

L’homme et la femme ne sont plus définis par leurs statuts complémentaires, mais par les relations égalitaires qu’ils expérimentent quotidiennement.
La passion est un pur produit de cette quête forcenée de symétrie.
Elle est d’ailleurs encouragée par les médias et les nouvelles technologies (texto, e-mail, etc) qui nous relient, mais souvent, nous enchaînent à l’autre, ce qui entretient l’illusion de la similitude, que l’autre répond à tous nos besoins, et que nous répondons aux siens.
Si l’autre est nous, et vice versa, les codes de genre (masculin/féminin) se brouillent. Chacun endosse les costumes d’homme ou de femme, selon l’humeur ou le besoin du moment. Ces conflits intérieurs s’extériorisent en luttes relationnelles.

Parentalité et conjugalité ne vont plus de pair

On observe aussi de grands changements autour de la parentalité. À force de s’entendre répéter que « rester ensemble à cause des enfants » fait porter à leur progéniture la lourde responsabilité de leurs discordes, les parents, désormais, dissocient couple parental/couple conjugal.
La parentalité se vit davantage comme un facteur de dislocation que comme le ciment du couple. L’enfant bouscule le principe de similitude, et fait surgir des rôles sexués.

Coaching téléphonique

Je propose des consultations par téléphone, pour vous aider à avancer, à tourner la page, ou simplement faire le point.
Anne, psychologue spécialiste en relations de couple

2 commentaires au sujet “Scènes de la vie de couple

  1. J’aime beaucoup l’article mais je trouve qu’il ne va pas au bout de la question posée au début. Il exprime le seul reflet d’aujourd’hui alors que j’attendais des réponses à la place que l’on devrait accorder à la fidélité, à la sexualité et aux enfants.
    Mais sinon très bien écrit comme toujours !

  2. Merci pour ce commentaire ! Effectivement, je n’ai pas vraiment répondu à la question : « Quelle place donner à la fidélité, à la sexualité et aux enfants ? » J’ai oublié cette question pour davantage m’attarder sur le contexte amoureux d’aujourd’hui. Je vais remplacer « quelle place donner » par « quelle place est donnée » et j’essaierai de donner des éléments de réponse aux questions de la fidélité, de la sexualité et des enfants dans un prochain article. Concernant la fidélité et la sexualité, je te renvoie aux articles : http://amouretpsycho.com/ripostes-a-linfidelite/ et http://amouretpsycho.com/infidele-par-besoin-dintimite/

Laisser un commentaire