Mes chers lecteurs,

Aujourd’hui comme vous le savez tous, c’est la St Valentin. Tout nous incite à célébrer cette journée des amoureux : Cupidon, votre élu(e), les médias, les boutiques, les magasines etc…
On est tant sollicité que nous n’avons même pas le temps de nous demander si cette fête est bien nécessaire et en quoi elle serait réussie pour nous (et non par ce que nous dicte notre société de consommation).

Avant de voir comment nous pouvons rendre belle cette fête de l’Amour, nous allons d’abord voir pourquoi nous fêtons la St Valentin aujourd’hui et quel est son véritable sens.

La fête de la fécondité

La date à laquelle nous fêtons la Saint-Valentin est un héritage de la Rome Antique. Organisées tous les 15 février, les Lupercales célébrent alors Faunus Lupercus, dieu de la fécondité, des bergers et des troupeaux. Rite de purification, organisée à la fin de l’année romaine (qui commence le 1er mars), cette fête païenne se déroule en trois étapes :
Tout d’abord, les prêtres sacrifient un bouc dans la grotte du Lupercal (au flanc du Mont Palatin), où, selon la légende, la louve allaita les fondateurs de Rome Romulus et Rémus. Ils enduisent ensuite de jeunes gens issus de familles nobles du sang du sacrifice dans un cérémonial qui symbolise la purification des bergers. S’ensuit la « course des luperques », pendant laquelle les prêtres et les jeunes gens, couverts de la peau des bêtes sacrifiées, courent dans les rues de la ville et fouettent les passants avec des lanières découpées dans la peau du même animal. Les femmes, en particulier, se plaçent sur leur trajet, dans l’espoir d’avoir une grossesse heureuse et un accouchement sans douleur. Enfin, les célébrations se terminent par un grand banquet, au cours duquel les jeunes hommes tirent au sort leur compagne pour la soirée. Une pratique qui entraîne parfois la formation de couples durables et mène au mariage.

Une commémoration chrétienne

La légende raconte que la Saint-Valentin n’a été instituée par l’Eglise que pour contrer les fêtes païennes. L’hypothèse n’est pourtant attestée par aucune source écrite de l’époque. Il est toutefois certain qu’à la fin du Ve siècle, « les Lupercales » est l’un des derniers rites païens encore observé dans une Rome majoritairement chrétienne. Le pape Gélase Ier envoie alors une « lettre contre les Lupercales » au sénateur Andromaque, qui manifestait un certain attachement à cette fête traditionnelle. Dans cette lettre, il critique les comportements immoraux qui ont lieu pendant cette célébaration, se moque des superstitions des chrétiens qui honorent les démons pour écarter le mauvais sort et souligne que ces célébrations n’ont pas empêché les épidémies vingt ans plus tôt. Cependant, contrairement aux idées reçues, le pape n’a pas interdit cette fête païenne : il a simplement montré la contradiction qu’il y a entre la foi chrétienne et la célébration des Lupercales. Gélase choisit de commémorer, le 14 février, Saint Valentin, qui devient le saint patron des amoureux.

La fête des amoureux

L’association de la Saint-Valentin à la fête des amoureux ne remonte qu’au Moyen-Age. A cette époque, la tradition veut que les jeunes gens s’adonnent à une forme de « loterie de l’amour », pratique héritée des tirages au sort des Lupercales.

Un Valentin tiré au sort
Au Moyen-Age, tous les 14 février, les jeunes gens tiraient au sort le nom de leur compagne et l’accrochaient à leur manche pendant la durée des fêtes (une semaine). Par la suite, le « Valentin » est devenu le cavalier qu’une jeune fille choisissait pour l’accompagner le premier dimanche de Carême, lors de la fête des « Brandons ». Cette fête consistait en une procession, pendant laquelle la foule parcourait la campagne et chassait, grâce à ses brandons (sorte de torche, faite de brins de pailles entortillés), les mulots, les taupes et les mauvaises herbes des champs et garantissaient de bonnes récoltes pour l’année suivante.

La Valentine
La « Valentine » désignait, à l’origine, le message d’amour ou d’amitié que l’on s’envoyait à l’occasion de la Saint-Valentin, jour où, croyait-on, les oiseaux migraient. C’est en Angleterre, au XIVe siècle, que cette coutume est apparue. Elle est ainsi mentionnée par Geoffrey Chaucer dans ses écrits. En France, cette pratique a été ramenée au XVe siècle, par Charles d’Orléans. Ce dernier, à la suite de la défaite d’Azincourt, en 1415, avait été gardé prisonnier 25 ans en Angleterre. A son retour, il institue officiellement cette pratique à la Cour de France : il sera désormais d’usage, le jour de la Saint-Valentin, d’envoyer à sa bien-aimée un tendre message amoureux. Ce n’est qu’à la fin du XVe siècle (1496) que la Saint-Valentin est officiellement instituée fête des amoureux. Au XVIIIe siècle apparaissent les premières cartes décorées de cœurs et de cupidons. Un siècle plus tard, ce sont les Valentines imprimées de poèmes qui se répandent dans toute l’Europe.

Comment rendre cette journée magique ?

Faîtes-en une journée qui vous ressemble. Vous êtes romantique ? N’hésitez pas à envoyer des mots doux à votre bien-aimé(e)tout au long de la journée. N’ayez pas peur du ridicule, lâchez-vous, enflammez-vous si votre flamme brûle ardament. Une fois que vous vous êtes retrouvés, préparez une soirée magique. Soignez l’ambiance : lumière tamisée, bougies, parfums, musique douce. Préparez un délicieux dîner, plein de saveurs, qui réveillera vos papilles et votre sensualité.
Les mots ont eux aussi une grande importance : ne laissez que de jolis mots, délicats, coquins ou passionnés sortir de votre bouche.
Ecrivez-vous des poèmes, jouez avec les mots de notre chère langue française. Jouez à des jeux littéraires ou autres qui aideront à vous connaître davantage et à vous rapprocher.
Après votre délicieux dîner, rapprochez-vos corps (et vos âmes!) en vous adonnant à la danse. Il y en a pour toutes vos humeurs : rock, salsa, tango, valse etc.

En tout cas, soyez seuls, sans personne à vos côtés. Les restaurants et autres endroits publics sont à fuir, à moins que vous ayez peur de l’intimité.

Vous êtes un peu rebelle et vous n’aimez pas les fêtes institutionnelles ? Fêter la St Valentin comme tout le monde ne vous plait pas, votre Amour n’a pas besoin de date pour être clamé ? Très bien. Aimez-vous comme vous l’entendez et marquez le coup quand l’envie vous en prend.

Je pense qu’il faut juste s’approprier cette fête comme on l’entend et en profiter pour en faire une journée consacrée à votre amour, ou à l’amour dans son sens large.

Si vous êtes célibataire, profitez-en pour dire à vos proches combien ils comptent pour vous.
Profitez-en aussi pour saisir votre chance : allez à la rencontre des autres, sortez danser, ou essayez le speed-dating (pratique qui ressemble d’ailleurs étrangement à la « loterie au sort » des Lupercales, version moderne).

Coaching téléphonique

Je propose des consultations par téléphone, pour vous aider à avancer, à tourner la page, ou simplement faire le point.
Anne, psychologue spécialiste en relations de couple

Un commentaire au sujet “La St Valentin : ses origines et son devenir

  1. Après tout, que ce soit devenue une fête institutionnelle et à vocation commerciale on s’en moque. Même si on s’aiment tous les jours de l’année, c’est une belle excuse je trouve, pour se le dire encore plus fort. Ce qui compte c’est de se l’approprier et d’avoir un moment en plus de reste de l’année pour un peu de magie ! Et de ne pensez qu’a celui ou celle qu’on aime.

Laisser un commentaire