de Jean-Marc Vallée

C’est un film patchwork qui croise deux histoires, deux destins convergents, entre le Paris des années 1960 et le Montréal d’aujourd’hui. Café de Flore raconte la vie de Jacqueline (merveilleusement incarnée par Vanessa Paradis), jeune parisienne qui a décidé de donner la vie à son enfant unique et trisomique. Elle va se battre seule contre tous pour aider son petit à s’en sortir et à avoir une vie heureuse. Jusqu’à ce que ce dernier s’éprenne d’une petite trisomique de son âge. Sa mère ne va pas pouvoir accepter que sa « flemme jumelle » ne puisse être elle. Elle qui a consacré sa vie pour son enfant, qui a tout donné pour lui ne comprend pas l’abandon de son fils (car elle le vit comme un abandon). Son trop-plein d’amour se retourne en haine. Emplie de colère et d’amertume, elle va jusqu’à attacher son fils aux barreaux de son lit pour calmer son tourment.

Parallèlement à cette histoire, s’en entremêle une autre, qui n’a apparemment rien à voir et pourtant…

Antoine (joué par Kevin Parent) est un DJ montréalais, père d’une quarantaine d’années, encore en pleine force de l’âge.  Sa vie est faite de passions : la musique et les femmes le font vibrer.  Il a passé vingt longues années de bonheur avec une jolie femme (interprétée par Hélène Florent), sensible et émouvante, qu’il pensait être la femme de sa vie. Ils ont deux jolies filles qui les entourent d’affection. L’apparition d’une autre femme, sensuelle et sûre d’elle va le faire chavirer. Ils s’entendent à merveille et ils envisagent de se marier.

L’ex-femme d’Antoine va avoir du mal à se détacher de ce dernier. Pour elle, il était toute sa vie; elle l’a connu très jeune et elle n’a jamais douté du sentiment que c’était l’homme de sa vie. On voit cette femme sombrer (prendre de la drogue etc) puis peu à peu, refaire surface. Sa riche vie intérieure lui donne des clés pour comprendre ses sentiments, pour apprendre à pardonner et à faire le deuil de cet amour auquel elle croyait tant.

Ce qui relie ces deux histoires, c’est l’amour de ces deux femmes idéalistes et passionnées qui ont bâties leur vie sur un homme. Et cet homme leur échappe, contre vents et marées…Toutes deux vont devoir apprendre à apprivoiser leurs angoisses (solitude, rejet etc), à puiser en elles l’amour qu’elles ont su magnifiquement donner. Les sentiments de jalousie et de possessivité les réunit. Quand on aime aussi intensément qu’elles, la jalousie ressentie n’est pas une peur de la rivalité, de l’autre, mais une peur plus profonde ; la peur d’être abandonnée certes mais surtout la peur de la solitude, de ne savoir que faire de ce trop-plein d’amour. L’angoisse de ne pouvoir trouver une autre âme-soeur. Elles sont désoeuvrées. Elles sont désespérément seules sans leurs objets d’amour.

Ce film décrit les allées et venues entre soi et l’autre, sombres et lumineuses à la fois. C’est un hymne à l’amour aussi troublant, maladroit, imparfait et inachevé soit-il.

 

Coaching téléphonique

Je propose des consultations par téléphone, pour vous aider à avancer, à tourner la page, ou simplement faire le point.
Anne, psychologue spécialiste en relations de couple

Laisser un commentaire